Le projet Ara est loin d’être abandonné. Et Google en a même touché un mot sur la fin de son événement « I/0« . Les dernières avancées ont été présentées lors de la conférence, plusieurs personnes, en interne, en profitent d’ailleurs déjà, et, forcément, certains l’attendaient : on donne une période de commercialisation. Il faudra néanmoins être patient, ça ne sera pas avant 2017. 

Les plus motivés pourront néanmoins profiter d’une version preview, le Project Ara Developer Edition, dès cet automne. Les choses ont évolué depuis le temps. Et, si vous l’ignoriez, ce qui était alors rattaché à la branche ATAP, fait désormais partie intégrante de l’entreprise Google. On ignore encore son prix cependant. Que l’on soit pour ou contre ce genre d’appareil modulaire, la vie, écourtée, de nos smartphones rend l’idée d’un appareil évolutif particulièrement intéressant. Le smartphone sur mesure, ça aura pris du temps (bien que certains s’y soient essayés, d’une certaine manière, comme le LG G5).

Google-ARAMais exit le full modulaire. Si le téléphone était prévu pour profiter de dizaines de modules à l’avant comme à l’arrière, il sera finalement basé sur exosquelette pouvant accueillir jusqu’à six modules. Chez Google, désormais, on justifie cela en disant que cela va permettre de « libérer de l’espace pour des modules qui intègrent des fonctions que vous ne pourriez pas avoir sur votre smartphone aujourd’hui ». Et on notera que certains éléments resteront malheureusement fixes comme la mémoire, le processeur ou l’écran qui fera très exactement 5,3 pouces.

Project-Ara-IO-16Pour communiquer, chaque modèle profitera d’un transfert allant jusqu’à 11,9 Gbps à la seconde. On explique que certains modules pourront être modifiés l’appareil allumé, d’autres non. Le projet Ara dit également adieu aux systèmes magnétiques puisqu’il s’agit désormais de fixations physiques. Cela permettra, dit-on, de la place, mais j’ai peur que ça s’use plus vite aussi. Si certains risquent d’être déçus, cela a permis au moins au projet d’être viable. Dans les effets proposés, on peut voir des senseurs variés, des haut-parleurs en plus, un affichage en plus, etc. À cela s’ajoutent plusieurs matières comme le bois, le plastique, etc. Voilà où nous sommes aujourd’hui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here