C’est ce qui ressort des dernières prédictions de l’agence IDC. Et si les 2-en-1, nous le répétons, finalement, assez souvent, permettent d’offrir une seconde dynamique au marché en berne des tablettes, les ardoises dites classiques ne sont plus un menace pour les PC classiques, ce qu’elles étaient encore il y a quelques années. 

Selon IDC, les livraisons dans le monde de tablettes vont chuter. On parle tout de même de 9,6 % pour 2016. Mais déjà en 2015, la baisse était significative, nous sommes donc sur une baisse consécutive sur deux années. Vous pensez que ça va aller mieux ? Ce n’est pas de l’avis d’IDC qui pense qu’une troisième année sera à prendre en compte concernant cette régression du marché des tablettes. Un léger rebond pourrait cependant intervenir en 2018, période pressentie pendant laquelle les utilisateurs pourraient avoir à renouveler leur équipement… du mois, si la mode des 2-en-1 se maintient. Concernant les chiffres les plus récents, nous serions à 16 % pour ces objets hybrides. IDC prévoit une augmentation jusqu’à 30 % en 2020. Pour les analystes, la durée de vie d’une tablette équivaudra à celle d’un PC classique, soit environ quatre ans. On est donc très loin d’un smartphone que certains utilisateurs sont prêts à remplacer chaque année, voire tous les six mois.

Le marché des tablettes ne devrait pas disparaître donc, IDC estimant un écoulement global de 100 millions de terminaux d’ici à 2020. Et il ne devrait pas y avoir que des modèles hybrides. Au contraire, on explique que ça serait surtout des modèles d’entrée de gamme avec un écran de moins de 9 pouces qui trouveraient le plus preneur. En 2015, on dépensait, aux USA, 183 dollars pour une tablette en moyenne. Cette dernière diminuerait pour atteindre 157 dollars en 2020. On parle bien sûr des pays émergents qui utilisent de plus en plus les petites tablettes comme PC, tablette et smartphone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here